Toujours au TOP !

AU SECOURS les fabuleuses !

Ca y est, il est là, tous les matins auprès de moi en train de ronfler, non, pardon, en train de respirer fortement. Il est là, le soir quand je rentre, quand je me couche et quand je me réveille. ATTENTION, quel bonheur de l’avoir chaque minute auprès de moi. Mais voilà, maintenant, je ne suis plus toute seule et pour conserver l’amour de ma vie, eh bien GO! JE DOIS ETRE AU TOP. « Pourquoi, le jour ou l’on quitte le célibat, la course après les hommes se transforme t-elle en course contre la femme idéale ? ».

Oui, oui, disons nous le bien : célibataire, nous l’avons toutes fait, devoir choisir entre se cuisiner un gâteau nappage chocolat ou se faire une séance épilation demi-jambe. Allons bon, nous sommes en plein hiver et la seule personne qui peut nous voir en culotte, c’est notre chien , donc, avouez le, on repousse l’épilation et on garde le gâteau au chocolat.

Lorsque nous quittons le célibat, nous rentrons dans une nouvelle course contre la montre. Garder la fraîcheur, conserver notre charme et continuer à porter des tenues toujours cohérentes. Par exemple, il est impératif de faire son tri de sous-vêtements régulièrement puisqu’il ne faudrait pas qu’il vous surprenne avec un ensemble dépareillé. Et puis, n’oublions pas notre brushing, il vous a connu avec une chevelure constamment brillante, alors même les journées canapé, hop hop hop, sous la douche, pas le droit à la tignasse luisante et grasse, ce serait bien malheureux qu’il passe sa main dans vos cheveux et que, SURPRISE, ce n’était pas le bon jour. Donc, plus le droit d’avoir la flemme et de repousser, désormais vous devez être un modèle neuf constamment, finis les vieux joggings, vous devez être parfaite.

SSTTTOOPPP ! Le jour fatal arrive : vous n’avez pas eu le temps ou juste la flemme. Oui, vous avez vos règles, ou bien vous devez épiler vos jambes, les aisselles, le maillot intégral (ou non) et surtout vous avez un énorme dossier à rendre lundi, pour le boulot. Nous sommes dimanche et vous n’avez qu’une envie, c’est de vous cacher… Mais il vous a vue, il vous a surprise dans votre tenue Princesse Fiona version ogresse, vous êtes bien loin de la jolie princesse rencontrée au château quelques semaines avant. Mais vous savez quoi ? C’est ce que l’on appelle l’amour et la vraie vie de couple. Car s’il est votre moitié, la vraie, il dévoilera également son côté ogre un jour. Et ce jour, où il va vous surprendre en petit brouillon, Il va vous regarder, vous sourire, vous prendre dans ses bras et simplement vous jurer que vous êtes fabuleusement belle. Oui, vous êtes fabuleuse de tous vos efforts, mais aussi de votre beauté naturelle.

Arrêtons de nous prendre trop la tête ! Je ne dis pas qu’il faut se laisser aller en jogging avec chaussettes trouées et vernis écaillés aux pieds toute la semaine. Mais, sincèrement, s’il s’enfuit parce que vous êtes une femme humaine et non programmée comme un robot, eh bien, c’est qu’il ne perçoit pas chez vous votre côté fabuleux. Alors mesdemoiselles, oui, prenons soin de nous, mais accordons nous aussi un répit, car nous sommes dans n’importe quelle situation : FABULEUSES.

«  A toi mon amour pour ta merveilleuse réaction lorsque tu m’as vue pour la première fois en mode petite ogresse »

Chasse gardée les filles …

Salut les Fabuleuses,
Une question me trotte dans la tête cette semaine : « Quand pouvons nous affirmer qu’un homme est chasse gardée ? »
Est-ce une question de rapidité, de challenge ou simplement de feeling ? Avons nous vraiment le droit de priver nos amies d’une rencontre, en décidant que cet homme précisément ne serait que pour nous ?
Quand vous rentrez dans un bar le soir, entourée de vos copines, et que tout à coup le FLASH, il apparaît. Vous êtes toutes les trois subjuguées au point que vous restez figées. Mais attention, pas trop longtemps car le risque que d’autres filles l’attrapent avant vous n’est pas envisageable.
L’une de vos meilleures amies crie « IL EST A MOI , Chasse gardée ». Mais non, pourquoi n’attendons pas de voir s’il ne tombe pas éperdument amoureux de l’une d’entre vous avant de l’obliger à en choisir une, sans avoir connu les autres ?
Déjà, je pense qu’il serait plus judicieux de vite récupérer la place qui vient de se libérer au bar devant lui. À ce moment là, vous pourrez échanger avec lui et voir si déjà il n’est pas gay…
Bref, les filles, laissez lui le temps de voir avec laquelle de vous il a le plus de feeling, celle qu’il aura, peut être, envie de revoir à la lumière du jour, le lendemain matin. A ce moment là, VOUS pouvez envisager une chasse gardée.
Puis surprise, imaginez que c’est un gros naze et que vous venez de perdre trente bonnes minutes, sur votre soirée entre filles, pour un homme qui n’en valait pas la peine après 3 mots échangés.
Dans tous les cas de figure, je pense que lorsque l’on a trouvé de vrais amies la question ne se pose plus, c’est naturellement que nous devinons et comprenons que l’homme qui vous fais tomber à la renverse n’est désormais plus sur le marché pour nous et nos amies. 
Et mieux encore, c’est le moment où vous vous devez de protéger votre amie amoureuse en guettant ces filles voraces qui ne souhaitent qu’une seule chose, récupérer votre chasse gardée.
Mais ceci est encore un autre sujet…
Et surtout n’oubliez jamais que nous sommes toutes fabuleuses.

Pas de panique les filles !

Salut les Fabuleuses, éclairez-moi…

 « A quel moment les femmes ont elle commencé à se mettre une pression de dingue pour les premiers rencards ? »

Depuis quand, est-il primordial de cacher tout notre naturel pour ressembler à une coquille vide qui donnerait un soi-disant semblant de perfection ? Tout ça pour quoi ? Obtenir un second rencard avec un homme, qui au final ne se rendra pas compte, qu’il sort avec une autre que vous ?

Disons que ça fait très longtemps (et quand je dis très longtemps, je veux dire TROP longtemps) que l’on ne vous a pas proposé un rendez-vous. Attention, je ne vous parle plus de rendez-vous galant avec  le pack : fleur, cinéma et restaurant. On vous propose juste un petit verre à l’heure de l’apéro, de cette manière si vous n’êtes pas à son goût et bien hop aussitôt arrivé aussitôt parti. En un rien de temps, notre cher et tendre rencard a une réunion impromptue ou une visite de dernière minute à l’hôpital pour voir son arrière-grand-mère.

Bref, vous en informez vos meilleures amies pour être sûre qu’elles vous donnent les meilleurs conseils, afin que vous ne loupiez pas cette occasion de vous mettre « EN COUPLE ». Grand vent de panique, au début elles vous disent :« reste toi-même », mais au fur et à mesure de la conversation elles te conseillent de ne pas triturer tes cheveux comme tu as l’habitude de faire; de ne pas commander un « sex on the beach », même si c’est votre boisson préférée, car cela voudrait dire que vous êtes une fille facile, pour en arriver à vous dire qu’il ne faut surtout pas porter vos vêtements habituels et rester sexy au max. En moins de 15 minutes vous êtes figée devant votre miroir à tenter désespérément de cacher qui vous êtes pour ressembler à une soi-disant « parfaite ».

 MAIS STOP !!!!!

Si je récapitule, on vous propose un rencard, car à priori, vous avez plu comme vous êtes et vous y allez dans les baskets d’une autre.

Donc imaginons que le rendez-vous est une réussite totale, car votre petit jeu a fonctionné. Que va-t-il se passer au 6eme rencard ? Quand votre naturel reviendra au galop. Il va se dire que vous n’êtes pas la fille des débuts, il va prendre ses distances ; vous quitter ; et vous irez pleurer en buvant un « Cosmopolitan » et en insultant ce pauvre garçon que VOUS avez en fait berné depuis le début. 

Le mythe du premier rencard parfait n’existe pas. C’est un enchainement de petits défauts qui vous rendent fabuleuses à ses yeux ou pas. Alors faites-vous un peu confiance les filles, restez vous-même. Et s’il ne vous aime pas comme vous êtes, qu’il aille au diable, vous donnerez le maximum de votre personnalité au prochain.

Et ne l’oubliez pas nous sommes toutes fabuleuses.

Nos pulsions CHOCOLAT.

Bonne année mes fabuleuses !

Première résolution : ASSUMONS !!

Aujourd’hui, nous allons nous marrer un peu à propos de nos pulsions « CHOCOLAT ». « Pourquoi devons nous culpabiliser quand nous avons une pulsion « CHOCOLAT »? ». Existe t-il une règle anti-pulsion ? Avons nous vraiment besoin de rendre des comptes lorsque nous venons de craquer ?

Quand je parle de chocolat, ce n’est pas forcément de cette douceur sucrée à laquelle beaucoup de gens ont du mal à résister. Mais j’utiliserai plus ce mot comme une expression à toute chose à laquelle on pourrait être addict. 

Pour certains, ce seront les bonbons, pour d’autres la cigarette, le shopping ou même le sexe. Même si, je vous l’accorde, le chocolat est parfois plus facile à se procurer que le sexe et bien moins nocif que la cigarette. 

Bref, nous avons toutes nos moments « CHOCOLAT ». On essaye de résister, de ne pas y penser, mais non, ça sonne l’alerte partout à l’intérieur de nous et on ne peut pas s’en empêcher. 

Bon, en soi, avoir une démence « CHOCOLAT », ce n’est rien de grave. Ca nous fait du bien et ce n’est pas non plus tous les jours (dans le cas contraire, c’est que vous ne vous répétez pas assez chaque matin que vous êtes fabuleuses et vous êtes sur la bonne voie pour nous faire une névrose et non un super HAPPY END). « Allons bon », quelques calories rajoutées, c’est seulement 30 minutes de plus à la salle de sport le vendredi, une cigarette, de toute manière une de plus ou une de moins vous devez arrêter, et une partie jambes en l’air, comme ça sur le pouce, bahhh, je vous jure qu’il n’y a vraiment rien de mal à ça. 

Pourquoi, à chaque fois que l’on cède à nos pulsions « CHOCOLAT », est-ce qu’on a cette espèce de regret au fond de nous? Et si nous avons le malheur d’en parler à voix haute, ouh la la, méfiez vous des regards foudroyants de votre mère, voire même de votre chien. Alors, que l’on soit bien d’accord, l’avis des autres, on s’en fout, car ça n’existe pas, les personnes qui n’ont jamais de craquage « CHOCOLAT », et si vous en avez rencontré une, eh bien, méfiez-vous, car il se pourrait bien que ce soit un robot. 

Dans tous les cas, ne culpabilisez pas et surtout n’arrêtez pas ces fabuleuses et généreuses pulsions « CHOCOLAT », elles font partie de nous et elles font en sorte de nous détendre. Elles sont essentielles au bon fonctionnement de notre organisme et à notre épanouissement. 

Et si vous avez un doute, rappelez vous que nous sommes toutes, absolument toutes, et dans n’importe quelle situation, FABULEUSES.